Le marais de Gommecourt

ÉCRIT PAR la Mairie de Gommecourt

Une zone humide à préserver

Le marais de Gommecourt s’étend sur une soixantaine d’hectares dans le fond de la vallée de l’Epte. Il fait partie du réseau Natura 2000, répertorié dans le site « vallée de l’Epte Francillienne et ses affluents » en raison de la présence de milieux naturels répertoriés dans la directive européenne dite « directive habitat ». Situé dans le champ d’expansion des crues de l’Epte, le marais peut jouer un rôle majeur dans l’écrêtage des crues. La présence d’une végétation dense à hautes herbes (de type roselière et « mégaphorbiaie »*) a un impact non négligeable sur l’épuration des eaux de surface. Enfin, cet espace constitue un réservoir biologique pour la faune et la flore.

marais

* La mégaphorbiaie typique est constituée d’une prairie dense de roseaux et de hautes plantes herbacées vivaces (1,5 à 2 mètres de haut voire 3 mètres pour certains roseaux), située en zone alluviale sur sol frais, non acide, plutôt eutrophe** et humide (mais moins humide que les bas-marais et tourbières). Elle peut être périodiquement mais brièvement inondée. La flore y est généralement dense et à biomasse élevée.

mégaphorbiaie

** Eutrophe : Se dit d’un milieu dont les eaux enrichies en matières organiques sont le siège d’une prolifération végétale et bactérienne entraînant une désoxygénation prononcée de l’eau. Se dit aussi d’un humus à forte activité biologique, et du sol correspondant.

Un peu d’histoire

Propriété du Duc de la Rochefoucault jusqu’à la révolution française, le marais fut ensuite acquis par la commune de Gommecourt et partagé entre les familles du village. L’utilisation, essentiellement pastorale du marais va disparaître au début du 19ème siècle, remplacé par la culture du chanvre pour la confection de tissus et de corde, puis au 20ème siècle par la culture du peuplier. Ces activités ont impliqué la création d’un réseau hydraulique et de drainage important.Aujourd’hui, une partie du site reste exploité en peupleraie et d’autres secteurs sont revenus à des stades plus naturels, arbustifs et herbacés.

La flore et la faune du marais

Environ 200 espèces végétales ont été recensées sur le site, dont une espèce protégée à l’échelle de notre région la Balsamine des bois. D’autres espèces peu fréquentes sont présentes comme le Marisque, le Compagnon rouge, la Parisette ou le populage des marais. L’Aulne, le Saule blanc ou le Frêne sont les essences arborées qui dominent dans les secteurs non exploités en peupleraie. Sangliers et chevreuils viennent fréquemment trouver eau et nourriture dans le marais. De nombreux oiseaux fréquentent aussi cet espace, comme le Loriot ou la Buse variable, des migrateurs, Bécasses, Grives …

Diaporama Flore du marais

Pour voir le nom de la fleur ou de l’arbre, passer le curseur sur la vignette sans cliquer. Ensuite, cliquer pour agrandir et visionner en diaporama si vous le voulez.

Diaporama Faune du marais

Pour voir le nom de la fleur ou de l’arbre, passer le curseur sur la vignette sans cliquer. Ensuite, cliquer pour agrandir et visionner en diaporama si vous le voulez.

Découvrez le marais de Gommecourt au travers de ces vidéos

Vol de pigeons

La peupleraie

L’Epte

Diaporama : Le marais au lever du soleil, magique !

Ce territoire a été façonné par les générations passées.

Nous avons le devoir de le préserver pour le transmettre aux générations futures. 

M.A.

2 commentaires

  • jpv dit :

    une grande partie de ce marais appartenait a pierre regnault cet environnement etait sa passion il abattait les vieux peupliers mais en replantait des dizaines (voir plus) a la place !

  • barrat dit :

    Enfin ,après plusieurs années d’oubli nous redécouvrons les richesses de notre environnement
    Merci à l’auteur

Laisser un commentaire